Ancêtres

Les pionniers

L’un des objectifs de l’association Les Tifault d’Amérique est de favoriser les recherches historiques et généalogiques sur la famille Tifault. L’association compte d’ailleurs un comité de la généalogie qui recherche, recueille, organise et préserve des informations généalogiques et historiques, établit la descendance de Jacques Tifault et Marie-Anne Lecuyer et produit des publications généalogiques pour diffuser l’information trouvée.
 
 

Histoire de l’ancêtre Jacques

par Paul-Émile Thiffault

Notre ancêtre Joseph-Jacques Tifault, fils d’Antoine et de Marguerite Moreau, est venu de Gironde, diocèse de Bazas en Guyenne, au sud-est de Bordeaux, France.

Né en 1658, il serait arrivé en Nouvelle-France vers 1684 pour se marier, à Batiscan, le 18 janvier 1687, avec Marie-Anne Haulier L’Écuyer, fille d’Antoine et Anne Rabady, de Batiscan. Il est décédé à Batiscan le 23 juin 1751, à l’âge de 93 ans.

Nous ne connaissons pas les modalités de sa traversée au Canada. Sur quel bateau? De quel port de mer? Avec qui aurait-il signé un contrat d’engagement, à moins qu’il ne fut dans une milice, puisque tout nouvel arrivant au pays devait réussir l’épreuve de 36 mois d’engagement avant de pouvoir se marier? Aurait-il été engagé par une famille Testard, parce que nous trouvons en deux occasions Jacques Tifault, dit Testard?

Le couple Jacques et Marie-Anne défrichèrent, aux limites actuelles de Batiscan et de Sainte-Geneviève, une terre concédée par Pierre Lafond, dit Mongrain, au nom du Père Pierre Raffeix, procureur des Pères Jésuites, à qui était confiée la seigneurie de Batiscan.

 

Connaissez-vous Marie-Anne L’Écuyer?

par Paul-Émile Thiffault

Que connaissons-nous de l’épouse de notre ancêtre venu au Canada? Marie-Anne semble être née à Batiscan en 1673. Son père, Antoine L’Écuyer, s’est établi dans cette paroisse en 1669, à mi-chemin entre la rivière Champlain et la rivière Batiscan.

À la suite des demandes réitérées des colons, les Seigneurs de Batiscan accordèrent à ceux-ci les premières concessions par contrat devant le notaire Jacques de La Touche, à Cap-de-la-Madeleine. Le père Fremin, signataire de ces concessions, cédait à des pressions: «Allez, prenez où vous voudrez deux arpents de terre de front en la côte de Saint-Éloy ou Batiscan, mais sachez que si vous en prenez plus de deux arpents, je vous ôterai le plus si bon me semble; si vous en prenez moins, vous vous en contenterez…» Une telle permission sans plus de précision allait engendrer des problèmes au sujet de l’arpentage des concessions.

En 1666, Antoine L’Écuyer est domestique de Julien Trottier à Cap-de-la-Madeleine. Alors qu’il a 20 ans, le 24 juin 1668, il achète pour 32 livres la concession non encore défrichée de Léonard Besse, dit Limousin. Antoine épousa Anne Rabady, âgée de 15 ans, en 1673 devant le notaire Cusson, et Marie-Anne, notre ancêtre, devint leur premier enfant. Décédé à l’âge de 70 ans, il fut inhumé à Batiscan le 30 avril 1718, tandis que son épouse Anne Rabady mourut à 90 ans en 1748.

À l’aveu et dénombrement de la seigneurie de Batiscan, décrété en 1677 par l’intendant Duchesneau et approuvé par Claude Dablon, supérieur général des Jésuites à Québec, il est inscrit la terre de 80 arpents d’Antoine L’Écuyer en 2 arpents par 40. Cette inscription est au greffe du notaire Romain Becquet le 29 décembre 1677. Au recensement de 1681, on y trouve les détails suivants: Antoine L’Écuyer, 33 ans; Anne Rabady, sa femme, 27; enfants : Marie-Anne 8, Antoine 7, Madeleine 5, Charlotte 3; 1 fusil, 5 bêtes à cornes, 10 arpents en valeur.

C’est le 18 janvier 1687 que Marie-Anne quitta sa famille pour en fonder une nouvelle avec Jacques Tifault. Elle décéda le 20 décembre 1760, à l’âge de 87 ans.

Source : Articles originaux de Paul-Émile Thiffault parus dans l’album-souvenir Nos vingts ans : 1983-2003 publié par Les Tifault d’Amérique inc.

Notre ancêtre Jacques provenait du diocèse de Bazas en France. Pour en apprendre davantage sur cette ville, voir sous Pays d’origine.